Vous êtes ici

Cancer du Pancreas

Qu'est-ce que c'est ?

Il s’agit d’un cancer rare (environ 2 % des cancers en France, soit 9000 nouveaux cas par an).

Le pancréas est une glande exocrine (fabrication de sécrétions pancréatiques pour la digestion, qui sont évacuées par la canal de Wirsung) et endocrine (fabrication d’hormones dont l’insuline).

La majorité des cancers du pancréas sont des cancers exocrines.

Le mode de révélation est fonction de la localisation et du degré d’évolution.

Les cancers de la partie droite du pancréas (tête du pancréas) sont souvent révélés par un ictère (coloration jaune des téguments), tandis que les cancers de la partie gauche (queue du pancréas) donnent moins de symptômes précoces.
Malheureusement, la majorité des cancers du pancréas sont diagnostiqués à un stade où des métastases à distance sont déjà présentes. Il n’est pas alors indiqué de réaliser une chirurgie.

Le bilan pré opératoire

Il peut comporter en fonction des situations :

  • scanner
  • IRM pancréatique et biliaire
  • Echo endoscopie , éventuellement avec ponction
  • Evaluation générale en vue de l’anesthésie

L’intervention

Elle a lieu le plus souvent par laparotomie (cicatrice médiane ou sous costale).
La coelioscopie peut être indiqué notamment pour les tumeurs de petite taille situées au niveau de la queue du pancréas.

Les interventions réalisées sont de trois types :

  • L’énucléation de tumeur pancréatique, pour les lésions bénignes ou endocrines de petite taille, situées à distance des canaux pancréatiques et biliaires

  • la pancréatectomie gauche avec ou sans splénectomie associée, pour les lésions la queue du pancréas

  • la duodéno pancréatectomie céphalique pour les lésions de la tête du pancréas, nécessitant une reconstruction digestive avec sutures biliaire, pancréatique et digestive

La durée d’hospitalisation

Elle varie en fonction du type de chirurgie réalisée et du déroulement des suites opératoires. Elle peut aller de 7 jours à plusieurs semaines.

La principale complication est la survenue d’une fuite sur la suture du pancréas (fistule pancréatique), pouvant elle même être source d’infection ou d’hémorragie.

Ceci implique une surveillance post opératoire attentive de la part de l’équipe chirurgicale et la possibilité de réaliser au sein de l’établissement d’hospitalisation des examens complémentaires radiologiques, des gestes de radiologie interventionnelles, une éventuelle prise en charge en réanimation médico chirurgicale.

Les conséquences

Les conséquences éventuelles de la chirurgie sont l’insuffisance pancréatique :

  • exocrine, source de troubles du transit, bien jugulée par la prise d’extraits pancréatiques (Créon ®)
  • endocrine : diabète nécessitant la prise d’un traitement hypo glycémiant en comprimé ou en par injection d’insuline sous cutané.
Contenu modifié le 05/07/16