Vous êtes ici

La hernie inguinale

Chirurgie : Ambulatoire
Intervention : Coelioscopie ou Laparotomie
Urgence de l'arrêt de travail : de 7 à 30 jours (selon profession)

Qu'est ce que c'est ?

Il s’agit de la localisation la plus fréquente. La présence du cordon spermatique provoque une faiblesse naturelle de la paroi au niveau inguinal. Elle peut être uni- ou bilatérale. Elle apparait sous la forme d’une petite tuméfaction au-dessus et légèrement latéralisée par rapport au pubis.
Elle peut ensuite devenir volumineuse jusqu’à descendre en direction des testicules.

Indications

Cette grosseur peut parfois être précédée d’une douleur d’origine tendineuse: la « Pubalgie pariéto-abdominale », dans ce cas, le traitement est dans un premier temps médical (arrêt du sport et prise d’anti-inflammatoires) mais en cas de récidive douloureuse, une intervention chirurgicale correspondant à la même technique qu’une cure de hernie inguinale classique est indiquée.

Comme les autres hernies, le diagnostic est surtout clinique. Une échographie de la paroi abdominale peut néanmoins être utile en cas de hernie de petite taille, de patient difficilement examinable (ex : patient obèse) ou de douleurs importantes.

Hernie inguinal

L'intervention

Nous pratiquons la cure de hernie inguinale selon deux abords :

  • Préférentiellement sous cœlioscopie,
    • selon la technique laparoscopique TEP : les instruments et la caméra sont insérés entre les muscles de la paroi abdominale, la hernie est simplement réduite et refoulée vers la cavité abdominale. Une plaque large est disposée devant comme un barrage pour éviter la récidive. Le traumatisme chirurgical est minime ce qui permet une récupération rapide des activités
    • rarement selon la technique TAPP : les instruments et la caméra sont insérés dans la cavité abdominale (au contact de l’intestin). La prothèse est alors placée sous le péritoine Nous y avons recours en cas de traitement d’une récidive herniaire
  • Par laparotomie, c’est-à-dire par voie ouverte, que l’on réserve pour des patients avec un risque élevé d’hématome (sous anticoagulants), si la hernie est très volumineuse (ex : hernie scrotale avec une descente de l’intestin au contact du testicule) ou parfois en cas de récidive :
    • Selon la technique de Lichtenstein, en sectionnant la gaine des muscles, on place la prothèse entre le muscle grand oblique et sa gaine sans tension pour diminuer les douleurs pariétales
    • Selon la technique de Shouldice, au cours d’une intervention réalisée pour un étranglement herniaire car lorsque le risque infectieux contre-indique la pose d’une prothèse synthétique classique. Néanmoins, nous disposons récemment de bio-prothèses à base de collagène animal qui peuvent être utilisées dans ce cas car le risque infectieux semble être mieux maitrisé tout en assurant une réparation pariétale satisfaisante.
Contenu modifié le 22/06/15