Vous êtes ici

Cholécystite aiguë lithiasique

De quoi s’agit-il ?

C’est une inflammation de la vésicule biliaire, associée souvent à une infection du contenu de celle-ci (bile).
La vésicule biliaire est un petit réservoir de bile située sous le foie et connectée à la voie biliaire principale (qui conduit la bile du foie vers le tube digestif).
Les calculs de la vésicule biliaire sont fréquents puisque l’on considère qu’environ 15% de la population en présente.
Lorsqu’un calcul obstrue le canal cystique (le canal sortant de la vésicule biliaire) trop longtemps, il se passe des phénomènes inflammatoires locaux, responsable de la cholécystite aiguë.

schema cholecystite aigue lithiasique

Quelles sont les complications possibles ?

L’inflammation peut être si intense qu’il se produit une nécrose de la vésicule (cholécystite gangréneuse) pouvant se perforer, ce qui est responsable d’une péritonite biliaire. Des abcès du foie, au contact de la vésicule biliaire sont également possibles.
Enfin, si les calculs vésiculaires sont petits (quelques millimètres), ils peuvent migrer dans la voie biliaire principale et causer deux complications potentiellement graves :

  • Une angiocholite aiguë lithiasique (infection de toutes les voies biliaires),
  • Une pancréatite aiguë.

En cas d’infection sévère, en particulier chez des personnes fragiles, il peut s’installer un tableau de choc septique.

Quels sont les signes cliniques ?

Le principal signe est représenté par des douleurs de l’hypochondre droit (sous les côtes) ou de l’épigastre (en regard de l’estomac), persistantes, pouvant irradier dans le dos ou à l’épaule droite.
Il peut s’y associer de la fièvre, des nausées ou des vomissements.

Quel bilan complémentaire ?

Il comprend en général une prise de sang qui retrouve un syndrome inflammatoire.
Un bilan hépatique et pancréatique sera demandé pour rechercher des signes en faveur d’une migration de calcul dans la voie biliaire principale.
Une échographie abdominale confirmera le diagnostic en identifiant une vésicule biliaire tendue, aux parois épaissies, contenant des calculs. Elle permettra d’éliminer des complications locales (abcès).
En cas de doute quant à une migration de calcul dans la voie biliaire principale, il pourra être réalisé une IRM biliaire ou une écho-endoscopie (examen réalisé par un gastro-entérologue et qui consiste à faire une échographie par les voies digestives hautes (« de l’intérieur »).

Quel est le traitement ?

Celui-ci s’organise en hospitalisation.
Une antibiothérapie probabiliste est débutée dès l’admission.
Une intervention chirurgicale doit être réalisée en semi-urgence, à chaque fois qu’elle est possible. Elle doit avoir lieu dans les 4 jours suivant le début des symptômes, dans la mesure du possible.
Elle consiste en une cholécystectomie (ablation de la vésicule biliaire) réalisée par coelioscopie la plupart du temps. Il existe toutefois un risque supplémentaire de conversion en laparotomie sous-costale (ouverture « classique » sous les côtes) selon les conditions locales.
Un drain abdominal pourra être laissé pendant 24 à 48h.

Quelle est la durée d’hospitalisation ?

En général, elle est courte et la sortie est réalisée 24 à 48h après l’opération.
L’antibiothérapie peut être poursuivie 24 à 48h après la chirurgie.

Quelle est la durée de l’arrêt de travail ?

En cas de travail sédentaire, il est de l’ordre de 10 à 15 jours.
En cas de travail de force, il faut compter environ 1 mois.

Y a-t-il un régime particulier lorsque l’on n’a plus de vésicule biliaire ?

On vit normalement sans vésicule biliaire et il n’y a donc pas lieu de suivre un régime alimentaire.
Il faut par contre s’attendre à pouvoir avoir quelques ballonnements et/ou diarrhées dans les semaines qui suivent.
Ces symptômes rentrent spontanément dans l’ordre avec le temps.

Contenu modifié le 05/09/16